Une veille permanente des acteurs lotois...

L’Agence a réalisé au mois d’avril un premier état des lieux auprès des compagnies professionnelles, grands festivals, saisons culturelles et écoles de musique soutenus par le Département afin de faire une première évaluation de l’impact de la crise sanitaire sur leur activité pour la période de mars à août 2020.

Pour les compagnies, cette période représentait une forte activité, car de nombreux contrats étaient engagés. Les rémunérations concernant autant les équipes artistiques, techniques et administratives. Leurs inquiétudes se portent également sur la prochaine saison, car ces annulations ont pour conséquence un manque de visibilité de leur création auprès des programmateurs. Les conséquences financières sont  lourdes. La plupart des diffuseurs travaillent au report de ces dates, mais l'incertitude des mois à venir ne permet pas une vision claire.

Au moment où les festivals ont été interrogés, aucun des organisateurs n’avait encore décidé d’annuler leur manifestation. Tous attendaient des directives fermes du gouvernement pour pouvoir agir en conséquence. L’estimation du coût qu’engendrerait une annulation des festivals n’est en aucun cas négligeable pour des structures dont l’équilibre financier dépend des subventions publiques, des recettes de billetterie et de mécénat. Aujourd’hui, les annulations ont été confirmées pour les festivals accueillant plus de 5000 spectateurs, les incertitudes demeurent pour les autres.

Les saisons culturelles travaillent, pour la majorité des spectacles, sur des reports à la saison prochaine et pour certains, la saison suivante. Les engagements avec les compagnies lotoises sont maintenus avec des reports systématiques sur la saison prochaine (programmations et résidences). Demeurait la question de la rémunération des techniciens intermittent (accès au chômage partiel), mais les structures sont attentives pour proposer des solutions.

Les écoles de musique, pour la majorité, maintiennent le lien pédagogique aux élèves grâce aux outils numériques. Quelques écoles associatives ont fait appel au chômage partiel. Elles sont en attente d’informations quant à la date de reprise des cours.
La synthèse de ces questionnaires a confirmé l'impact important de cette crise sur l’ensemble du secteur du spectacle vivant.  Une nouvelle évaluation sera réalisée dès la fin de la crise sanitaire.