Historique

Les premières associations départementales de développement de la musique et de la danse, ont été créées à l’initiative de l’Etat, il y a une quarantaine d’années, avant même la création des Directions régionales des affaires culturelles (DRAC). Elles sont à l'origine financées à parité entre Etat et Conseil général

 

Dans un premier temps, elles ont accompagné les Conseils généraux dans la mise en oeuvre de politiques de soutien à l'enseignement musical. Elles ont progressivement élargi leur champ de compétence à la danse, aux interventions en milieu scolaire ou encore au développement des pratiques amateurs.

Les modes de fonctionnement et les domaines d’activités restent cependant propres à chacune, selon les contextes territoriaux. Leurs financements proviennent du Département, de l’Etat et de la Région.

 

La loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales a clarifié les compétences entre l’Etat et les collectivités concernant les enseignements artistiques spécialisés, donnant aux associations départementales de développement artistique et culturel un rôle privilégié dans la mise en oeuvre des schémas départementaux d'enseignements artistiques. (extrait de la loi et vade-mecum à télécharger)

 

Les associations départementales ont une mission de développement artistique et culturel afin de mettre en relation les champs de l’éducation, de la formation, de la création et de la diffusion artistique à l’échelle d’un territoire en vue d’assurer un développement global. Elles contribuent ainsi au rééquilibrage de l’offre culturelle, notamment en zone rurale. 

 

En 2006 a été signée une charte des organismes départementaux de développement territorial du spectacle vivant entre l’Etat, l’Assemblée des départements de France, la Fédération nationale des collectivités pour la culture et la Fédération nationale des structures départementales de développement des arts vivants. Cette charte rappelle les missions, les fonctions et spécificités d’intervention des ADDA. (télécharger)